carte murale poitiers

Poitiers est d’abord Limonum, capitale du peuple gaulois des Pictaves, dont elle prend le nom au iiie s. après J.-C. Siège d’un évêché important, illustré par saint Hilaire (?-vers 367) et par Fortunat (?-vers 569), elle devient un des grands centres religieux de la Gaule avec ses monastères (Saint-Hilaire ; Sainte-Croix, fondé par sainte Radegonde) et ses églises (Saint-Jean). En 732, Charles Martel y gagne une bataille sur les musulmans d’Espagne, qui arrête l’offensive islamique en Occident. Poitiers est pillée plusieurs fois par les Normands (ixe s.). Disputée entre le comte et l’évêque, la ville reçoit d’Henri II Plantagenêt, entre 1173 et 1178, une charte de commune du type des Établissements de Rouen.

carte murale poitiers

Elle se couvre d’églises romanes, puis gothiques, en attendant les constructions du duc de Berry. Pendant la guerre de Cent Ans, le plateau de Maupertuis, au N. de la ville, est le théâtre de la bataille dite de Poitiers (19 septembre 1356), au cours de laquelle le roi de France Jean II le Bon et son fils Philippe le Hardi sont battus et capturés par les Anglais du Prince Noir. Cette défaite aboutit au traité de Brétigny (1360), qui livre Poitiers aux Anglais. Reprise par du Guesclin en 1372, Poitiers devient, à la fin de la guerre de Cent Ans, la capitale du dauphin Charles, qui y installe son parlement (1423-1436) – devant lequel il fait comparaître Jeanne d’Arc (mars 1429) –, et une université (1431), plus durable. Assiégée en vain par les huguenots de Coligny (1569), Poitiers devient le siège de l’intendance du Poitou (1654-1789) et joue dès lors le rôle de capitale provinciale jusqu’à la Révolution, qui, morcelant le Poitou en trois départements, lui fait perdre une partie de ses fonctions administratives.


Taille: 150 cm

Voir les types de cartes murales:
Poster, Plastifiée Velleda, Vinyle adhésif
Encadrée ou Encadrée magnétique, Cartes plus logo


Livraison gratuite pour toute commande supérieure à 75 €

Scroll to Top