carte brugge

Née au pied d’une forteresse (castrum) servant de résidence au comte de Flandre Baudouin Ier (866-879), dotée aussitôt d’un atelier monétaire, Bruges est sans doute dès l’origine un centre commercial. En témoignent son nom « Brugge », synonyme de débarcadère, et sa localisation à l’extrémité du golfe « Sincfal », en un point où les voies navigables recoupent les voies terrestres menant à Gand, à Courtrai et à Ypres depuis la seconde transgression dunkerquienne (ive-viiie s. après J.-C.). En fait, le recul, dès le ixe s. ou le xe s., de la mer, mal compensé par la concentration des eaux de l’ancien golfe « Sincfal » dans les deux chenaux canalisés de la Reie à l’est (entre Bruges et Damme), puis du « Vieux Zwin » à l’ouest, diminue très rapidement la valeur du site portuaire, que complète heureusement la rade étendue et profonde du golfe de Zwin, créé par le raz de marée de 1134.

carte brugge

À cette date, la fusion en une seule agglomération du castrum comtal (le Bourg) et du portus marchand (castellum forinsecum, le « Faubourg ») est concrétisée par la construction, au plus tard en 1127, d’une enceinte enserrant une superficie de 86 ha.

À la suite de l’assassinat du comte de Flandre Charles le Bon (1127), dont elle condamne les auteurs, Bruges intervient dans la désignation de ses successeurs, Guillaume III Cliton, puis (1128) Thierry d’Alsace. Elle arrache à ce dernier de nombreux privilèges financiers (exemption de cens), économiques (suppression du péage grevant son commerce) et juridiques (liberté de choisir le droit applicable à ses habitants). Il existe donc dès cette époque un échevinage particulier à la ville, dont les membres viagers (annuels en 1241) assurent son administration.

Bien que Philippe d’Alsace (1168-1191) tente de limiter leurs droits en les précisant, vers 1190, dans une charte (keure) qui leur interdit de modifier leurs institutions sans son consentement, les riches Brugeois restent maîtres de leurs destinées économiques. Aussi prennent-ils en charge les travaux réalisés à la fin du xiie s. pour prévenir l’ensablement de leur port : endiguement de la Reie ; création, par Philippe d’Alsace, de l’avant-port de Damme (1180), qui doit son nom au barrage (dam) établi au débouché de cette rivière dans le Zwin ; construction, enfin, d’une écluse à double système de portes verticales, permettant, depuis 1180, aux navires à faible tirant d’eau (moins de 6 pieds) d’accéder à Bruges, où la grue, immortalisée par Memling, facilite leur déchargement et celui des allèges, qui chargent à Damme les cargaisons des navires de fort tonnage.


Taille: 92 cm

Voir les types de cartes murales:
Poster, Plastifiée Velleda, Vinyle adhésif
Encadrée ou Encadrée magnétique, Cartes plus logo


Livraison gratuite pour toute commande supérieure à 75 €